7.1

7.1

La récupération de l’eau améliore les moyens d’existence en rapport avec les cultures dans la bande de Gaza

Chapitre 7

Ces dernières années, les agriculteurs ont été confrontés à une pénurie chronique d’eau d’irrigation en raison d’un manque d’électricité et d’une hausse des températures. La qualité et la quantité de la nappe phréatique se sont rapidement détériorées en raison d’un surpompage des eaux souterraines, d’un usage excessif de produits agrochimiques, de l’intrusion d’eau de mer et, enfin, des périodes de sécheresse dues au changement climatique. Cela a entravé non seulement la disponibilité en eau mais aussi son accessibilité, tout comme l’explosion des prix de l’électricité. L’une des autres options introduites a été la récupération des eaux de pluie et l’utilisation des eaux pluviales pour l’irrigation au lieu de prélever les eaux souterraines. Les agriculteurs collectent les eaux pluviales en provenance du toit de leurs serres et ils stockent l’eau dans des bassins à proximité. Dans de telles conditions, le stockage durable de l’eau d’irrigation devient une priorité pour les agriculteurs qui disposent d’une serre. Le fait de disposer des eaux pluviales ou d’eau moins salée donne aux agriculteurs la possibilité de diversifier leurs cultures et de cultiver des légumes sensibles à l’eau de mer, comme les concombres, les petits pois ou les haricots verts.

L’objectif du projet était de contribuer à la protection et l’amélioration de moyens d’existence durables pour 46 ménages agricoles (276 personnes) dans les régions frontalières d’Abssan et de Khuzaa en remettant en état des bassins d’irrigation et le système de récupération des eaux de pluie attenant (dont les tuyaux étaient endommagés), pour permettre aux ménages de collecter environ 11.000 m3 d’eaux pluviales en provenance des toits de leurs serres chaque année. Le Comité international de la Croix-Rouge (CIRC) a fourni des transferts monétaires conditionnels d’un montant total de 3.000 nouveaux shekels israéliens (ILS)/bénéficiaire pour les travaux de réhabilitation.

Les résultats suivants ont été obtenus à l’issue de la réhabilitation du système de bassins d’eaux de pluie.

Il est estimé que chaque m2 de surface de toit de serre pourrait récupérer environ 0,25 m3 ou 250 litres d’eau. Les agriculteurs interrogés ont signalé que la quantité d’eau récoltée et les économies de frais d’irrigation variaient entre 41 % et 60 % du total des coûts d’irrigation supportés auparavant. Tous les producteurs de tomates interrogés ont rapporté qu’ils pouvaient bénéficier des eaux de pluie récoltées pendant quatre mois (de décembre à avril) et qu’ils dépendaient des eaux souterraines pendant les trois mois restants. Dix-sept pour cent des bénéficiaires, ceux ayant des bassins de moindre taille, ont signalé qu’ils étaient parfois contraints d’utiliser les eaux de pluie récoltées pour irriguer des arbres en pleine campagne, car la capacité de leurs bassins ne leur permettait pas de stocker toute l’eau récupérée, notamment durant les jours de pluies intenses.

D’après l’évaluation, 97,8 % des agriculteurs ont signalé une hausse de leur rendement de tomates de 18 à 30 %, en raison d’une irrigation avec une eau moins salée, une meilleure santé des plants et la possibilité de prolonger le cycle de production pendant un à deux mois.

Tous les bénéficiaires interrogés ont signalé une amélioration de la croissance de leurs plants de tomates et de la couleur des fruits, ainsi qu’une augmentation de leur taille, ce qui leur a permis de mieux commercialiser leur production. Auparavant, les agriculteurs se bornaient à cultiver certains types de cultures en raison de la salinité des eaux souterraines utilisées pour l’irrigation. Ils cultivaient principalement des tomates. Toutefois, la récupération des eaux de pluie, qui sont moins salines, a permis aux agriculteurs de cultiver différentes cultures, comme les concombres et les haricots verts, et ainsi de diversifier leur production.

International Committee of the Red Cross (ICRC) (2019). EcoSec post-distribution monitoring report ILOT – rehabilitation of rainwater harvesting ponds in Abssan and Khuzaa border areas of Gaza Strip. ICRC. https://seads-standards.org/wp-content/uploads/2021/04/Asia_06-ICRC-ILOT-Rehabilitation-rainwater.pdf.