7.3

7.3

Remise en état de serres dans la bande de Gaza

Chapitre 7

En raison d’une guerre sans merci et de la destruction massive subie en 2014, les ménages de la bande de Gaza ont été confrontés à une diminution de leur capacité de résilience. De fait, la capacité d’adaptation des ménages a été réduite et leur dépendance envers l’aide humanitaire a augmenté. L’un des liens entre le conflit et la sécurité alimentaire est la production agricole. L’accès aux terres et aux ressources agricoles, s’il est affaibli en raison d’un conflit, peut affecter la production alimentaire des agriculteurs ainsi que leur capacité de résilience. Sur les 200 serres que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a visitées, 84 ont été sélectionnées pour bénéficier d’une aide car il était urgent qu’elles soient remises en état, puisque la campagne agricole approchait et qu’elles avaient été fortement endommagées par le conflit. De plus, leurs propriétaires se trouvaient dans une situation économique précaire, qui compromettait leur capacité à assurer eux-mêmes la réhabilitation des serres.

Les résultats suivants ont été obtenus : 84 serres ont été remises en état par le CICR dans quatre communautés frontalières. Les serres sont devenues plus résilientes car une approche prônant « le mieux reconstruire » a été adoptée. Aucun des agriculteurs interrogés n’a déploré de problèmes ou l’endommagement de ses serres par les vents violents ayant soufflé durant l’hiver. Chaque agriculteur a obtenu une augmentation moyenne de son revenu de 2.000 shekels israéliens (ILS) (600 USD) au cours de la première campagne agricole, grâce à une amélioration de la qualité des produits récoltés et une augmentation des ventes. Les agriculteurs ont déclaré que la remise en état de leurs serres leur avait permis de récupérer de l’eau de pluie pour l’irrigation de leurs légumes sensibles à l’eau salée, des cultures traditionnelles importantes dans la région. Cela leur a permis d’accroître la diversité de leurs produits, et par ricochet, de bénéficier de meilleures conditions de commercialisation et de bénéfices plus importants. Les agriculteurs ont aussi signalé une baisse moyenne de 50 % des frais d’entretien saisonnier, ce qui équivaut à 4.500 ILS (1.300 USD) pour 1.000 mètres carrés (un dounam) de serre, car ces dépenses étaient couvertes par le CICR et dureront au moins deux ans. Les agriculteurs ont signalé une diminution moyenne de 75 % de l’utilisation de pesticides en raison d’une meilleure fixation des serres. Les agriculteurs ont montré qu’ils appréciaient beaucoup l’intervention du CICR et qu’ils en étaient satisfaits. D’après l’évaluation, les personnes interrogées ont exprimé leur gratitude pour la qualité et la quantité de la prestation. Elles ont aussi précisé que cette intervention est arrivée au meilleur moment, avant la saison de cultures sous serre. Certains agriculteurs ont proposé qu’au lieu d’installer les équipements, le CICR les distribue pour que les agriculteurs puissent les installer eux-mêmes. Un effet secondaire de l’intervention est aussi que 12 travailleurs ont bénéficié d’un travail temporaire pendant 35 jours. Chacun d’eux a reçu 2.800 ILS (800 USD) de revenu, ce qui a contribué à accroître leur revenu actuel et à améliorer leur niveau de vie, car ils n’avaient accès à aucune autre activité génératrice de revenus. Chez les jeunes, le taux de chômage dans la bande de Gaza dépassait 52 pour cent.

ICRC (2016). EcoSec review report ILot Gaza greenhouse rehabilitation project. ICRC. https://seads-standards.org/wp-content/uploads/2021/04/Asia_04-ICRC-ILOT-Greenhouse-rehabilitation.pdf.